Relations internationales

Les collaborations à l’international contribuent à enrichir le regard sur la profession de directeur général, notamment sur la fonction publique du DG, la formation, la rémunération et la relation aux élus. Plus largement, les échanges nourrissent les réflexions sur les enjeux de gouvernance dans une perspective publique.

Relations européennes

L’ADGMQ maintient une franche collaboration avec ses collègues français et belges. Le premier contact entre l’ADGMQ et la France remonterait à 1980 alors qu’à l’instigation du gouvernement du Québec, des groupes de DG québécois et français se visitaient pour des stages de trois semaines.

En 1992, un protocole d’entente a été signé avec l'association française des DG, soit avec le Syndicat national des directeurs généraux des  collectivités territoriales, assurant qu’au minimum, les échanges comporteraient la visite de deux personnes pour chacun des partenaires lors des congrès respectifs. Une entente similaire a, par la suite, était conclue avec la Fédération wallonne des directeurs généraux communaux en 2003 et plus récemment, soit le 8 juin 2016, avec la Fédération des Secrétaires communaux Bruxellois.

De plus, le 1er octobre 2015  une première entente a été signée entre l’Union des Dirigeants Territoriaux Européens (UDiTE) et l’ADGMQ. L’UDiTE est une organisation européenne qui regroupe 14 associations professionnelles européennes pour les directeurs, cadres et greffiers des collectivités locales en Belgique, en Bulgarie, à Chypre, en République tchèque, en France, en Hongrie, en Irlande, en Italie, en Lettonie, à Luxembourg, à Malte, au Portugal, en Roumanie et en Espagne. Son but est de promouvoir les relations entre les associations professionnelles de chefs d'entreprise et des secrétaires municipaux représentant les autorités locales européennes, de développer les échanges d’informations, de partager des expériences professionnelles, de contribuer à l'amélioration du rôle et les fonctions des autorités locales et de contribuer à la démocratie et l'Union européenne.

Plus spécifiquement, l’entente entre l’UDiTE et l’ADGMQ porte sur des échanges d’études et de rapports visant un partage d’expertise en plus de permettre une collaboration sur certains projets internationaux.

Relations japonaises

Depuis quelques années, l’ADGMQ développe, grâce à son partenariat avec le SNDGCT et à ses participations au Congrès français, ses contacts avec le Centre japonais des collectivités locales (CLAIR).

Le CLAIR est une fondation publique japonaise créée en 1988 pour promouvoir l’internationalisation des collectivités locales japonaises. Le CLAIR dispose de plusieurs antennes dans le monde et organise, chaque année, le Programme d’étude d’administration locale japonaise destiné aux cadres dirigeants territoriaux étrangers. Ce programme permet aux participants d’étudier pendant une dizaine de jours, l’organisation et le fonctionnement des collectivités locales japonaises et d’effectuer des visites d’équipements publics et d’entreprises. C’est une chance unique de découvrir les mesures et les programmes ayant du succès au Japon et d’échanger avec d'autres dirigeants.

Un contact privilégié pour les membres de l'ADGMQ

Le bureau de CLAIR New York est à la disposition des membres de l'ADGMQ. En effet, pour tout renseignement sur le Programme d’étude et pour déposer une candidature, les DG des municipalités du Québec doivent contacter M. Koichi MATSUDA, assistant directeur au bureau de CLAIR New York, dont l’adresse courriel est : matsuda@jlgc.org (M. MATSUDA est informé du contact avec l'ADGMQ).

Les coordonnées générales de CLAIR New York sont les suivantes :
Japan Local Government Center (CLAIR New York)
Adresse : 3 Park Avenue, 20th Floor, New York, NY 10016-5902
Tél. : (212) 246-5542 Téléc. : (212) 246-5617 courriel: jlgc@jlgc.org

Pour accéder à l’information sur CLAIR New York et sur le Programme d'étude de l'administration locale japonaise (Fellowship Exchange Program), les directeurs généraux des municipalités du Québec peuvent consulter les sites suivants. Ils peuvent également lire le témoignage de Madame Lucie Lavoie de la ville de Montréal qui a participé au Programme en 2012.

De plus, les DG des municipalités du Québec pourront avoir davantage de renseignements sur les actions de CLAIR en accédant aux sites suivants :

Relations américaines et canadiennes

L’ADGMQ est également en relation avec l’ICMA, l’International City/County Management Association (États-Unis), dont la présidence désignée est assurée par l’un de ses membres, M. David Johnston, directeur général de la Ville de Candiac, en plus d’être en relation avec l’ACAM, l’Association canadienne des administrateurs municipaux (Canada), dont le représentant du Québec est M. Jack Benzaquen, président sortant de l’ADGMQ.

Relations africaines

En conclusion, précisions que vers les années 1988-1989, l’ADGMQ fut également impliqué dans quelques dossiers menés par la Fédération canadienne des Municipalités (FCM) via les programmes de développement municipaux financés par l’ACDI. L’ADGMQ faisait alors la promotion des échanges entre villes et aidait les pays concernés à créer ou soutenir les associations de secrétaires généraux. Des DG de l’ADGMQ ont ainsi dispensé des formations avec stage en mairie en Côte d’Ivoire, au Sénégal et au Mali. Des Africains sont, avec ce programme, venus assister à des congrès de l’Association. La FCM a aussi utilisé son partenariat avec l’ADGMQ pour l’accueil de délégations étrangères et pour la promotion à l’étranger de ses programmes.